• Remets ton épée dans le fourreau !

    Evangile selon JEAN chapitre 18 versets 1 à 11

    Lorsqu’il eut dit ces choses, Jésus alla avec ses disciples de l’autre côté du torrent du Cédron, où se trouvait un jardin, dans lequel il entra, lui et ses disciples.

    Judas, qui le livrait, connaissait ce lieu, parce que Jésus et ses disciples s’y étaient souvent réunis.

    Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu’envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes.

    Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s’avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?

    Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C’est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux.

    Lorsque Jésus leur eut dit: C’est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre.

    Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth.

    Jésus répondit: Je vous ai dit que c’est moi. Si donc c’est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci.

    Il dit cela, afin que s’accomplît la parole qu’il avait dite: Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés.

    Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l’oreille droite. Ce serviteur s’appelait Malchus.

    Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m’a donnée à boire?

    ---

    Qui cherchez–vous ?

    Faut-il le redire, Jésus sur cette terre n’avait rien de remarquable extérieurement.

    La cohorte et les huissiers n’étaient pas capables de le reconnaître.

    Il faut remarquer qu’il y a là la cohorte romaine qui représente le monde incroyant, et les huissiers juifs qui représentent le Judaïsme. Et il y a Judas le traître qui leur sert de guide.

    C’est moi !

    Quand le peuple a voulu le faire roi, Jésus s’est retiré, mais devant l’œuvre de la Croix, il ne recule pas et offre résolument sa vie en sacrifice pour vous et pour moi.

    Lorsqu’il dit « c’est moi », il dit littéralement « moi, Je suis », et dès qu’il prononce ainsi le nom divin, ils tombent tous à terre. S’il ne les avait aimés, ils seraient tous morts sur place.

    Remets ton épée dans ton fourreau !

    Avec sa fougue et son zèle charnel, l’apôtre Pierre tente de défendre son Seigneur.

    Luc dans son Evangile nous révèle la dernière guérison opérée par Jésus… sur un de ses ennemis :

    « Luc 22:51  Mais Jésus, prenant la parole, dit: Laissez, arrêtez! Et, ayant touché l’oreille de cet homme, il le guérit. »

    Que de vies auraient été épargnées, que de détresses cette terre n'aurait pas connues, que de guerres et de violences seraient évitées encore aujourd'hui, si les hommes voulaient bien mettre leur foi en Jésus-Christ, et vivre ses enseignements !

    Il est le seul chemin vers le bonheur et la vie pour l'être humain !

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Décembre 2015 à 17:09

    il est sur que si tout le monde suivait les préceptes de Jésus, il n' y aurait pas de guerre, seulement voilà, il y a aussi Lucifer !

     Bonne soirée Jonathan

     Amitié

    2
    Vendredi 4 Décembre 2015 à 10:09

      

    Bonjour Jonathan, merci pour ce beau texte qui nous rappelle la vie et la mort de Jésus.

    Si tout le monde croyait en lui, il n'y aurait plus de guerres..

    Bon vendredi cher ami, bons baisers à vous deux

    3
    Samedi 5 Décembre 2015 à 17:35

    Bonsoir Jonathan

    oui,je confirme,remettons nous entre les mains de Dieu

    belle soirée

    4
    Dimanche 6 Décembre 2015 à 09:51

      

    Bonjour Jonarthan, le temps est maussade aujourd'hui..

    Passez un bon dimanche dans la paix du Seigneur... Gros bisous à vous deux

    5
    Lundi 7 Décembre 2015 à 09:59

      

    Bonjour Jonathan, le ciel reste nuageux ce matin, mais la météo annonce du soleil pour demain..

    Bon lundi, gros bisous à vous deux

    6
    Mardi 8 Décembre 2015 à 10:07

      

    Bonjour Jonathan, après quelques jours de grisaille et de pluie le ciel bleu est de retour..

    Bon mardi, gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :