• Qui est entré chez toi ?

    Evangile selon JEAN chapitre 13 versets 18 à 30

    Ce n’est pas de vous tous que je parle; je connais ceux que j’ai choisis. Mais il faut que l’Ecriture s’accomplisse: Celui qui mange avec moi le pain a levé son talon contre moi.

    Dès à présent je vous le dis, avant que la chose arrive, afin que, lorsqu’elle arrivera, vous croyiez que je suis.

    En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j’aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé.

    Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément:

    En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera.

    Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait.

    Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus.

    Simon Pierre lui fit signe de demander qui était celui dont parlait Jésus.

    Et ce disciple, s’étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit: Seigneur, qui est-ce?

    Jésus répondit: C’est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l’Iscariot.

    Dès que le morceau fut donné, Satan entra dans Judas. Jésus lui dit:

    Ce que tu fais, fais-le promptement.

    Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui disait cela; car quelques-uns pensaient que, comme Judas avait la bourse, Jésus voulait lui dire: Achète ce dont nous avons besoin pour la fête, ou qu’il lui commandait de donner quelque chose aux pauvres.

    Judas, ayant pris le morceau, se hâta de sortir. Il faisait nuit.

    --

    Satan entra dans Judas !

    Quelle terrible déchéance pour un disciple de Jésus ! Il faut considérer que c’est la conséquence  d’un péché toléré. Il n’en n’est pas arrivé là d’un jour à l’autre.

    Judas qui avait la responsabilité de tenir la bourse, avait pris la mauvaise habitude de se servir, autrement dit de voler l’argent qui lui était confié.

    L’amour de l’argent étant une racine de tous les maux et sa convoitise allant grandissante, il a donné prise au diable, jusqu’à ce que Satan lui-même vienne prendre en lui la place qui revenait à Jésus-Christ. 

    La Parole de Dieu nous montre le chemin qui nous permet de résister au diable. Il suffit pour nous de nous soumettre à Dieu et de mettre en pratique ses enseignements.

    Jacques 4 v 7  « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. »

    Mais bien plus, Jésus offre à ceux qui l’aiment, la grâce de demeurer en eux et d'être libéré de toute crainte !

    A dessein, je remets le verset indiqué dans l’article précédent, c’est tellement important :

     

    Jean 14:23  Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. 

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 20:49
    Simplement Zen

    « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. »

    J'aime bien ce passage, c'est vrai qu'il faut résister et repousser les mauvaises choses avec conviction pour qu'elles s'éloignent de nous pour toujours !

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 09:16

        Socrate, considéré comme le père de la philosophie morale a vécu au V éme siècle avant JC donc bien antérieurement à la morale chrétienne, disait " l'important n'est pas de vivre, mais de vivre selon le bien" et de même " connais-toi toi même et tu connaîtras l'Univers et Dieu"

        quel beau message, où il n'est fait mention d'aucune repentance expiatoire  nécessaire à la rédemption....  

        comme Bouddha qui ne faisait aucune distinction entre les humains ( les bons, ceux qui seront sauvés car ils croient enJC ressuscité et les autres les mécréants)

        " que tous les êtres soient heureux.Déjà en vie ou encore à naître, qu'ils soient tous parfaitement heureux " 

        amitiés 

        marie

         

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 10:44

        @ Marie lapiecardie

        Chère Marie, notre repentance, pas plus que nos souffrances n'ont de vertus expiatoires, c'est une illusion des hommes !

        Par contre les souffrances de Christ ainsi que sa mort ont un caractère expiatoire aux yeux du Père céleste. Lui le Juste et le Parfait s'est offert volontairement pour tous les êtres humains pécheurs. Il a payé le prix pour pouvoir offrir à chacun le pardon et la vie éternelle !

        La vraie repentance correspond à la tristesse intérieure que l'on ressent lorsque l'on prend conscience d'avoir offensé Dieu.Elle est accompagnée d'un changement de mentalité. Avant de faire "cette expérience" (expérience que l'on peut faire dans l'intimité de sa chambre !) je vivais selon mes conceptions charnelles, après j'ai commencé à vivre selon la volonté de Dieu.

        Bonne journée Marie et grosses bises

        Jonathan

    2
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 08:07

    La confession a cela de bien qu' elle rappelle qu' on a péché, et qu' il faut se corriger.

    IL faut partager tous ses actes avec Dieu, c' est la meilleure façon d' être sur de soi.

     Passe une bonne journée Jonathan

     Amitié

    3
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 10:14

    Bonjour Jonathan, ne ressemblons pas à Judas qui a vendu Jésus pour de l'argent..

    Bon vendredi, gros bisous à vous deux

    4
    Vendredi 9 Octobre 2015 à 23:59
    Je crois que toute souffrance humaine vécue avec Dieu n'est pas inutile.
      • Samedi 10 Octobre 2015 à 10:48

        Bonjour chère Ana,

        Nos souffrances ne sont pas inutiles pour nous, en ce sens qu'elles ont souvent une vertu pour nous conduire à Christ. Mais

        elles ne peuvent expier aucun de nos péchés ! Sinon pourquoi Jésus aurait-il donné sa vie sur la Croix ? 

        Son sacrifice et la valeur de son sang sont suffisants pour effacer tous les péchés de celui qui accepte de demander pardon à 

        Dieu et de mettre sa foi dans le Sauveur. Que pourrions-nous ajouter à l'oeuvre du Seigneur ?

        Quand Jésus dit : "Luc 9:23  Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge

        chaque jour de sa croix, et qu’il me suive"

        Il parle de renoncement à soi-même et de mort à soi-même symbolisé par la croix. 

        C'est une erreur très répandue que de considérer "que se charger de sa croix" est de porter nos souffrances et nos difficultés

        du chemin", car ceux qui ne sont pas chrétiens vivent les mêmes choses sur cette terre !

        L'apôtre Paul a vécu ces choses et il faut remarquer ce qu'il dit avec attention :

        "Galates 2:20 J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi"

        La joie extraordinaire qui remplit le coeur et qui suit la "vraie" repentance démontre à elle seule que Dieu a pardonné !

        D'autre part, il faut remarquer que celui qui vit son identification avec Christ, et qui est mort à lui-même, ne souffre plus les réflexions désagréables des autres autant que celui qui est plein de lui-même !

        Bonne journée chère Ana et grosses bises à toi

        Jonathan

         

    5
    Samedi 10 Octobre 2015 à 10:08

    Bonjour Jonathan, hier j'ai séché des photos avec un sèche cheveux, il me reste encore deux albums à faire..

    Beau temps sur la côte, il fait 16° ce matin... Bon samedi, gros bisous à vous deux

    6
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 09:35

    Bonjour Jonathan, que cette journée ne vous apporte que du bonheur..

    Bon dimanche dans la paix du Seigneur .. Bons baisers à vous deux

    7
    Lundi 12 Octobre 2015 à 10:16

    Bonjour Jonathan, hier pour changer un peu nous avons jouer au tarot avec le beau frère de Sylvie et sa femme..

    Bon lundi, gros bisous à vous deux

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :