• Evangile selon MATTHIEU chapitre 18 versets 21 à 35

    Alors Pierre s'approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi? Sera-ce jusqu'à  sept fois?

    Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante  fois sept fois.

    C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut  faire rendre compte à ses serviteurs.

    Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.

    Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu,  lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût  acquittée.

    Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit:

    Seigneur,  aie patience envers moi, et je te paierai tout.

    Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

    Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui  lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant: Paie  ce que tu me dois.

    Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.

    Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce  qu'il eût payé ce qu'il devait.

    Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés,  et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.

    Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur,  je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié  de toi?

     Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé  tout ce qu'il devait.

    C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

    Une dette ?

    10000 talents c'est une dette énorme, s’il s’agit de talents d’argent, ce pourrait-être 5 millions d'euros

    100 deniers, c'est une petite dette, environ 16 euros

    Le problème des gens de notre génération, c'est qu'ils sont arrivés à se convaincre qu'ils n'étaient pas pécheurs, ou tout au moins pas de grands pécheurs.

    Qui se rend effectivement compte du poids de son péché et de la dette qu'il a envers Dieu ?

    Il est un mini-crédo que l'on entend très souvent : « J'ai pas tué, j'ai pas volé ! »

    Calcul de la dette

    La loi de Dieu est une loi d'amour. Ce qui veut dire que l'amour a la première place et qu’il est à la base du calcul de notre dette. Les deux premiers commandements divins sont les suivants :

    "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. »   et   « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

    C'est donc sur cette base que notre dette est évaluée, elle n'est pas évaluée selon la loi française ! 

    La dette est déjà payée !

    La première des démarches à faire est de demander pardon à Dieu afin qu'il te remette ta dette.

    La seconde est de te convertir à Jésus-Christ en mettant ta foi en son œuvre pour toi à la Croix de Golgotha.

    L'as-tu fait ? Si tu ne l'as pas fait tu es encore sous la condamnation de Dieu

    Si tu l'as fait, tu es pardonné car Jésus a payé ta dette sur la Croix. 

    Aux bourreaux !

    Quand nous refusons de pardonner et de faire grâce aux autres, nous ressemblons au serviteur de cette Parabole.

    Et ce serviteur ne pourra jamais s’acquitter de sa dette, car seul le sang précieux de Christ peut l’effacer !

     

    Dieu nous fait grâce en Jésus-Christ, restons donc sur le terrain de la grâce en ce qui concerne notre prochain.

     

     


    5 commentaires
  • Evangile selon MATTHIEU chapitre 18 versets 19 et 20

    Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre  pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père  qui est dans les cieux.

    Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux.

    ---

    Si deux s'accordent

    "S'accordent", c'est le grec " sumphoneo", on peut le traduire par "symphonie ou être en harmonie".

    Ce que Dieu attend de ces deux chrétiens :

    - ce n’est pas qu’ils croient seulement en l’existence de Dieu ou en la personne de Jésus-Christ, mais qu’ils croient Jésus sur Parole. Il s’agit de croire en ce qu'Il a fait et de vivre concrètement ce qu’il enseigné !

    - ce n'est pas seulement qu'ils soient en accord sur la chose à demander, Dieu veut entendre une symphonie !

    Comprenons que nos dérives et notre manque de respect de la Parole de Dieu nous privent de la bénédiction divine.

    L’image à retenir est celle d’instruments qui s’accordent sur une même base, un même médiateur, avant de jouer.

    Autrement dit Dieu veut entendre deux cœurs qui battent à l'unisson pour Jésus-Christ, deux cœurs qui l’aiment, qui s'aiment et lui obéissent, qui ont un même but pour leur demande, la Gloire de Dieu.

    La promesse est formelle, la chose demandée leur sera accordée.

    Car je suis au milieu d'eux

    Réalisons toute l'importance de la conjonction de coordination "car" !

    Dans la pensée d'être assemblés en son nom, il y a la pensée d'union avec Jésus et avec des frères et sœurs.

    Il y a une pensée infiniment plus profonde que d’occuper une chaise ou un banc dans un lieu de culte !

    N'oublions jamais que dans le texte biblique le nom est constitutif de la personne, "assemblés en son nom", c’est être en Lui, en sa personne !

    Beaucoup affirment la présence de Jésus dans leurs rassemblements, mais Il est là seulement où il y a cette unité que Jésus exprime dans la prière sacerdotale.

    Il est là présent au milieu des siens même s’ils ne sont que deux ou trois ! 

    A sa présence, s’attache une multitude de bénédictions pour ceux qui sont assemblés !

     

     


    10 commentaires
  •  

    Evangile selon MATTHIEU chapitre 18 versets 15 à 17

    Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère.

    Mais, s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin  que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois  témoins.

    S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Eglise; et s'il refuse aussi d'écouter l'Eglise, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain.

    --

    Si ton frère a péché, va…

    Avant d'aller vers quelqu'un pour lui montrer qu'il fait fausse route et qu'il a péché contre Dieu, il faut être bien certain que notre cœur est rempli d'amour !

    Sinon, nous risquons de faire plus de mal que de bien !

    Il faut reconnaître que c’est une démarche toujours délicate pour laquelle nous avons particulièrement besoin de l’assistance du Saint-Esprit. 

    Tu as gagné ton frère !

    Il y a là assistance à personne en danger… de condamnation ! Un chrétien authentique ne peut être indifférent au sort d’un de ses frères en la foi qui prend une mauvaise direction et se vautre dans le péché.

    S'il t'écoute et qu’il se repend de son péché, tu as gagné ton frère pour le royaume des cieux.

    Prends avec toi une ou deux personnes...

    de sa communauté chrétienne qui soient remplies d'amour et de miséricorde.

    Il ne s'agit pas de condamner, mais il s'agit d'entourer le frère qui a péché pour essayer de le ramener repentant dans la main du Bon Berger.

    Dis-le à l'Eglise !

    Ici, Jésus appelle « Eglise »  non l’Eglise universelle, mais un rassemblement local de chrétiens, devant laquelle le problème de quelqu'un peut être traité fraternellement. 

    Comme un païen et un publicain ?

    Autrement dit, s’il ne veut pas écouter l’Eglise, qu’il soit pour toi comme un étranger au Peuple de Dieu.

    Toutefois celui qui appartient réellement au Seigneur ne se désintéresse pas d’un frère qui a fait un faux pas et qui s'entête, il ne fait rien pour le chasser de l’Eglise, il fait tout pour le ramener repentant dans la communion des frères et sœurs en Christ.

     

    Ce que le Seigneur nous demande c’est de considérer que le pécheur reste le prochain qui est en danger, « Il est celui que l'on aime » et que Christ veut sauver !

     

     

     


    5 commentaires
  • Evangile selon MATTHIEU chapitre 18 versets 7 à 9

    Malheur au monde à cause des scandales! Car il est nécessaire qu'il arrive  des scandales; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive!

    Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-les et  jette-les loin de toi; mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux  ou manchot, que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'être jeté dans le  feu éternel.

    Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le  loin de toi; mieux vaut pour toi entrer dans la vie, n'ayant qu'un œil,  que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans le feu de la géhenne.

    ----

    Il faut être simple mais surtout pas simpliste, Jésus emploie ici un langage imagé.

    La main symbolise l'activité.

    Le pied symbolise nos déplacements, les lieux où nous allons et l’œil ce à, quoi nous regardons.

    Mais encore plus que la main ou le pied, l'œil est souvent pour l'être humain une cause de chute.

    Il est à l'origine de la chute en Eden. La femme vit que l'arbre était bon à manger… C'est la convoitise des yeux !

    Quand on a réalisé le prix que notre péché a coûté à Jésus-Christ, on ne peut pécher volontairement.

    Pour suivre Jésus, il faut être prêt à renoncer à tout, à ôter de nos vies ce qu’Il n’approuve pas et qui nous conduit à succomber au péché.

     

    Il faut remarquer que Jésus n’indique que deux destinations possibles après la mort :

    Entrer dans la vie (celle qui est éternelle et qu’il offre à tous ceux qui se repentent et mettent en lui leur foi) ou dans le feu de la géhenne.

     

    Les autres destinations ont été inventées par l’homme pour se tranquilliser, mais elles ne sont que mensonges et tromperies diaboliques.

     

     


    9 commentaires
  • Evangile de MATTHIEU chapitre 18 versets 1 à 6

    En ce moment, les disciples s'approchèrent de Jésus, et dirent: Qui donc  est le plus grand dans le royaume des cieux?

    Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et dit:

    Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume  des cieux.

    C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

    Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit  moi-même.

    ---

    Combien d'hommes et de femmes aspirent avoir la première place dans ce monde ! La question des disciples est symptomatique :

    "Lequel est le plus grand ?"

    Molière a écrit : "Des grandeurs qui voudra s'en soucie, tous ces honneurs dont on a tant envie, ont des chagrins qui sont vieillisants" 

    Jésus leur montre qui est le plus grand à ses yeux... c'est le plus humble !

    C'est un petit enfant ! C'est celui qui a le sentiment de sa faiblesse et de sa dépendance.

    Et Jésus indique le chemin de la vraie grandeur :

    " Convertissez-vous ! "

    Autrement dit arrêtez de marcher sur ce chemin de la condamnation, faites demi-tour, changez de mentalité, abandonnez votre orgueil et vos péchés au pied de la Croix, demandez pardon au Seigneur.

     

    Et commencez une vie nouvelle avec Jésus pour berger, dans l'humilité et la soumission à la volonté de Dieu révélée dans la Bible.

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique