• Evangile selon LUC chapitre 17 versets 11 à 19

    Jésus, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée.

    Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre.

    Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent:

    Jésus, maître, aie pitié de nous!

    Dès qu'il les eut vus, il leur dit: Allez vous montrer aux sacrificateurs.

    Et, pendant qu'ils y allaient, il arriva qu'ils furent guéris.

    L'un d'eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.

    Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C'était un Samaritain.

    Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n'ont-ils pas été guéris? Et les neuf autres, où sont-ils? Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu?

    Puis il lui dit: Lève-toi, va; ta foi t'a sauvé.

    --

    Ces malheureux lépreux étaient exclus par la Loi de toute communication avec la société. Ils s'étaient réunis, certainement afin de se rendre mutuellement les soins que tout le monde leur refusait.

    C'est à cause de la même interdiction qu'ils s'arrêtèrent à distance et durent ainsi élever la voix pour implorer le secours de Jésus.

    Il a quand même fallu que ces lépreux fassent un acte de foi pour aller vers les sacrificateurs alors qu'ils n'avaient pas entendu un mot de Jésus leur annonçant leur guérison ni constaté quelque amélioration de leur état de santé.

    Remarquons qu'un seul sur les dix revient vers Jésus pour le remercier. Il reçoit davantage que la guérison, il reçoit le salut de son âme !

    De nos jours, il en est de même... On nous demande souvent de prier pour des malades et il arrive que quelques temps après, on les rencontre :

    « Vous nous aviez demandé de prier pour vous, alors comment allez-vous ? »

    Réponse :

    « ça va très bien ! »

    On aurait tant aimé qu’ils ajoutent : « Merci Seigneur ! », mais aussi, qu’ils nous fassent part de leur joie d’être en meilleure santé !

    Cela nous encouragerait dans la prière et nous permettrait de participer à leur joie ! 

    Soyons de ceux qui mettent toute leur foi en Jésus-Christ et rendent grâces à Dieu devant les hommes pour ses bontés !

     

     


    13 commentaires
  • Evangile selon LUC chapitre 17 versets 5 à 10

    Les apôtres dirent au Seigneur: Augmente-nous la foi.

    Et le Seigneur dit: Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer; et il vous obéirait.

    --

     Augmente-nous la foi !

    On peut traduire "ajoute-nous de la foi". Les apôtres ont compris que la foi ne venait pas de notre nature mais qu’elle était d'origine spirituelle, qu'elle venait de la Parole de Dieu.

    Devant l'exigence de Dieu concernant le pardon, ils ont le sentiment d'avoir un niveau de foi insuffisant.

    Jésus leur montre, en prenant l'image d'un sycomore, que même une petite foi est capable de faire de grandes choses.

     Où est le problème ?

    - Le problème de ceux qui se sont repentis de leurs péchés et ont donné leur coeur à Jésus-Christ, c'est qu'ils ne nourrissent pas suffisamment leur foi en lisant et méditant la Parole de Dieu. Le résultat, c’est que leur foi s’affaiblit !

    D’autre part, ils ne se rendent même pas compte de l'autorité de leur toute petite foi.

    Ils ne se rendent pas compte que dans le nom de Jésus-Christ, ils ont l'autorité de parler et de commander aux sycomores et aux montagnes de difficultés qui sont sur leur chemin.

    En Jésus, ils sont devenus des fils de Dieu et ils ont l'autorité de dire à leurs sycomores d'aller se planter ailleurs, mais malheureusement, ils restent très souvent des mendiants devant le trône de Dieu. 

     

    Ami(e), toi qui a mis ta foi en Jésus et qui pries, c'est bien… mais maintenant nourris ta foi et mets-là en action, et dans le nom de Jésus soit vainqueur des obstacles que l'adversaire met sur ta route !

     

     


    3 commentaires
  •  

    Evangile selon LUC chapitre 17 versets 1 à 4

    Jésus dit à ses disciples: Il est impossible qu'il n'arrive pas des scandales; mais malheur à celui par qui ils arrivent!

    Il vaudrait mieux pour lui qu'on mît à son cou une pierre de moulin et qu'on le jetât dans la mer, que s'il scandalisait un de ces petits.

    Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le; et, s'il se repent, pardonne-lui.

    Et s'il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant: Je me repens, tu lui pardonneras.

    --

    Qu'est-ce donc que le scandale dont parle Jésus ?

    C'est le mot grec "skandalon" qui peut aussi être traduit par "occasion de chute"

    Un de ces petits, c'est le grec "mikros", qui peut être appliqué à un enfant, mais aussi à quelqu'un d'impressionnable ou quelqu'un qui a une connaissance limitée.

    Il est dommage et dommageable pour l'Evangile quand des chrétiens sans miséricorde, n'ayant qu'une apparence religieuse, donnent un mauvais exemple et éloignent ainsi des petits de la foi en Jésus-Christ.

    Epitre aux Romains 14 v 13  Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chute.

    Reprends-le

    La pensée c'est qu'il est sur un mauvais chemin et qu'il faut le prendre à nouveau pour le remettre sur le bon chemin. Que voilà un exercice de plus en plus difficile de nos jours, il nous faut d’abord être rempli d’amour et avoir vraiment tout le secours de Dieu ! 

    Pardonne-lui !

    Sept fois c'est le chiffre de la perfection. C'est très important car n'oublions pas que dans le "Notre Père", nous disons :

     

    "Pardonne-nous nos offenses... comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés"

     

     


    2 commentaires
  •  

    Evangile selon LUC chapitre 16 versets 27 à 31

    Le riche dit: Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j'ai cinq frères.

    C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments.

    Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent.

    Et il dit: Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront.

    Et Abraham lui dit: S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait.

    --

    On ne peut pas dire que cet homme dans les tourments était totalement mauvais.

    Il se soucie de sa famille !

    Remarquons ce que dit Abraham :

    "Même si quelqu'un des morts ressusciterait"

    Le riche demande à Abraham d'envoyer Lazare, Abraham répond à cette demande en précisant qu'il faudrait donc qu'il revienne à la vie pour avoir un contact avec les vivants.

    Il existe des esprits trompeurs qui mystifient les humains, leur faisant croire qu’ils communiquent avec leurs bien-aimés disparus.

    C’est particulièrement attristant de voir que certaines personnes soient pareillement trompées ! 

    Voyons ce que dit le livre du Deutéronome 18 verset 10 :

    "Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.

    Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Eternel"

     

    Toutefois n’oublions jamais que quelqu’un qui a pratiqué ces choses et a été en abomination à l’Eternel, peut tant qu’il est en vie, prendre conscience de son péché, se repentir, recevoir le pardon de ses péchés, et mettre sa foi en Jésus-Christ son Sauveur !

     

     

     


    7 commentaires
  • Evangile selon LUC chapitre 16 versets 24 à 26

    Il s'écria: Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme.

    Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres.

    D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire.

    --

    Quelques remarques à la lumière de cette parabole :

    - Le riche voit le bonheur de Lazare, mais il n'est pas écrit que Lazare voit la souffrance du riche.

    Le bon sens nous dit que si ceux que nous chérissions et qui nous ont précédés dans la mort nous voyaient ramer et souffrir sur cette terre, ce serait l’enfer pour eux…

    - Même dans le séjour des morts, cet homme riche a gardé sa mentalité : "envoie Lazare !"

    - Il ne faut pas considérer la flamme au premier degré. Elle représente les souffrances conséquences du péché et de l'éloignement de Dieu.

    D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que…

    - Il est impossible d'aller du séjour des morts vers le Paradis de Dieu et inversement bien heureusement !

    Il nous faut bien comprendre que c'est pendant notre existence terrestre que nous préparons notre éternité. Après la mort, il sera trop tard.

    - Ceux qui auront rejeté le seul moyen de salut savoir Jésus-Christ iront dans le séjour des morts (mot grec = hadès) et souffriront dans la terrible attente du jugement dernier.

     

    - Ceux qui seront morts en Christ, seront consolés. Ils seront auprès de Jésus pour l'éternité.

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique