• Evangile selon LUC chapitre 15 versets 17 à 24

    Etant rentré en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim!

    Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai:

    Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils; traite-moi comme l'un de  tes mercenaires.

    Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son  père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et  le baisa.

    Le fils lui dit:  Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je  ne suis plus digne d'être appelé ton fils.

    Mais le père dit à ses serviteurs:

    Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds.

    Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé.

    Et ils commencèrent à se réjouir.

    --

    Etant rentré en lui-même

    Cher ami(e) n'as-tu pas besoin de t'arrêter un instant dans ta course ici-bas ?

    De remettre ta manière de vivre en question. Es-tu prêt à rencontrer ton Dieu ?

    As-tu fait la paix avec lui ?

    Je me lèverai, j'irai vers mon père

    Ce n'est pas l'adhésion à une religion qui va te sauver. Il te faut faire une rencontre avec ton Père céleste. Tu as besoin de lui dire:

    "Mon Père, j'ai péché contre toi"

    Quand il était encore loin, son père le vit

    Peut-être es-tu encore loin, mais Dieu te voit et il t’aime, ses bras te sont ouverts !

    Par amour pour toi, Jésus-Christ a subi ton châtiment sur la Croix de Golgotha.

    Il t'offre le pardon et la vie éternelle.

     

    Ce cadeau reçois-le par la foi et la joie du ciel inondera ton cœur !

     

     


    1 commentaire

  • 3 commentaires
  • Evangile selon LUC chapitre 15 versets 11 à 16

    Il dit encore: Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père:

    Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir.

    Et le père leur partagea son bien.

    Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.

    Lorsqu'il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.

    Il alla se mettre au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans ses champs garder les pourceaux.

    Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.

     Etant rentré en lui-même, il se dit : Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !

    Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi,

    Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes mercenaires.

    --

    Quelle déchéance pour ce jeune homme de bonne famille !

    1 - Nul doute qu'il fait de la  peine à son père en quittant la maison familiale

    2 – Il s’en va loin des siens et il vit dans le péché

    3 - Il dépense tout ce qu'il a, autrement dit les biens de son père

    4 – Il finit pas garder les cochons, humiliation suprême pour un Juif.

     

    L’histoire de ce jeune homme c'est l'histoire de notre humanité.

    Au lieu de revenir vers Dieu, l'être humain s'est mis au service de Satan, le Prince de ce monde.

    Dans ce texte : "se mettre au service",  c'est le mot grec "kollao", on peut traduire littéralement par  "se coller" "s'attacher" "se lier"

    Première Epitre de Jean 5 v 19

    "Le monde entier gît sous la puissance du malin."

     

    C’est aussi l’histoire de certains chrétiens ou enfants de chrétiens attirés et séduits par les plaisirs de ce monde

    La promesse faite à Israël est aussi valable pour les enfants de Dieu d’aujourd’hui :

    Jérémie 31:17  Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Eternel ; Tes enfants reviendront dans leur territoire.

     

    Nous ne sommes pas sans espérance !

    Jésus notre Sauveur est mort et ressuscité pour offrir le pardon à tous ceux qui croient et reviennent à Lui, Il est le seul chemin qui conduit au Père.

    Evangile de Jean 14 v 6

    "Jésus dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi."

     

     


    2 commentaires
  •  

    Evangile selon LUC chapitre 15 versets 8 à 10

    Ou quelle femme, si elle a dix drachmes, et qu'elle en perde une seule, n'allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin, jusqu'à ce qu'elle la retrouve?

    Lorsqu'elle l'a retrouvée, elle appelle ses amies et ses voisines, et dit:

    Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la drachme que j'avais perdue.

    De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.

    ---

    La drachme grecque est une pièce de monnaie en argent qui équivalait au denier romain, correspondant au prix d'une journée de travail de l'époque.

    Remarquons qu'elle est perdue dans la maison et qu'une seule est précieuse aux yeux de la femme.

     

    La femme, représente l'Eglise, l'épouse de Christ.

    Il se trouve chez elle, quelqu'un qui est souillé et perdu.

    Peut-être quelqu’un qui vit n’importe comment et qui s’imagine qu’il suffit d’assister aux offices pour être sauvé…

    C'est le rôle des enfants de Dieu de le ramener à la lumière, de le sortir des balayures, de le chercher et l'aider à retrouver sa place dans l'Eglise, le Corps spirituel de Jésus-Christ.

    Et les anges qui contemplent avec émerveillement la Grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ, seront dans la joie pour un seul pécheur qui se repent.

     

     

    Jacques 5 v 19/20  "Mes frères, si quelqu'un parmi vous s'est égaré loin de la vérité, et qu'un autre l'y ramène, qu'il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s'était égaré sauvera une âme de la mort et permettra le pardon d'un grand nombre de péchés."

     

     


    5 commentaires
  •  

    Evangile selon LUC chapitre 15 versets 1 à 7

    Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s'approchaient de Jésus pour l'entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant:

    Cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux.

    Mais il leur dit cette parabole:

    Quel homme d'entre vous, s'il a cent brebis, et qu'il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve?

    Lorsqu'il l'a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit:

    Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis qui était perdue.

    De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance.

    --

    Repoussés par les hommes religieux qui les condamnaient, les publicains et les gens de mauvaise vie prennent conscience de leurs péchés et sont accueillis par Jésus qui leur parle d'amour, de pardon et leur manifeste sa compassion. 

    C’est l’œuvre de Jésus et de son Eglise que de chercher les brebis perdues.

    Par cette parabole de la brebis perdue, Jésus montre aux religieux légalistes qu'au lieu de murmurer, ils devraient se réjouir de voir des pécheurs se repentir de leurs péchés.

    Quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance ?

    Tous les êtres humains ont besoin de passer par la repentance… Ceux qui sont trop orgueilleux la refuse, ils ne font pas la joie du Seigneur et de ses anges ! 

    Ami(e) es-tu encore cette brebis perdue que le bon Berger cherche dans le désert de ce monde ?

     

    Laisse-toi trouver par lui, car Jésus t'aime et il veut t'arracher à la condamnation divine qui va bientôt tomber sur ce monde.

     

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique